Nathalie Ombreux

   

06 27 32 87 01

  • contact@osmose-sophro.com 

Ce qu’elle n’est pas

Nombreux sont les clichés et les idées fausses circulant sur la sophrologie caycédienne,

Je vais vous apporter quelques éclaircissements et je reste à votre disposition si vous aviez d’autres interrogations.

La sophrologie n’est ni une secte, ni une religion, ni une croyance.

Le terme de sophrologie vient du grec SOS signifiant équilibré, sain, harmonieux, de PHREN que l’on peut traduire par conscience et de LOGOS étude, science. C’est donc l’étude d’une conscience équilibrée, harmonieuse, qui se réalise par un entrainement avec des techniques respiratoires, corporelles.

La sophrologie n’est pas du yoga, ni de l’hypnose, ni une simple technique de relaxation.

La sophrologie débute après une relaxation permettant au client de mettre son mental au repos afin d’être plus présent à ses ressentis corporels. A. Caycédo a pratiqué l’hypnose avant de créer la sophrologie, mais ne l’a pas intégrée à sa méthode car la personne reste autonome en sophrologie « présent » et le sophrologue ne fait aucune induction, il accompagne, il guide. Les activations corporelles s’inspirent du yoga, tout comme elles s’inspirent de la méditation et du zazen…

Le sophrologue n’est pas un thérapeute car la sophrologie n’est ni une analyse ni une thérapie.

Aucune formation médicale, psychiatrique, psychanalytique n’est requise pour être sophrologue. D’ailleurs en sophrologie nous parlons de client et non pas de « patient ». Nous sommes en quelque sorte des « guides » et c’est le client lui même qui va trouver et développer ses propres ressources pour faire face à son problème et trouver des solutions.

La sophrologie ne nécessite pas une ambiance « mystique ».

Pas de bougies, pas de musique particulière, pas d’encens. L’environnement doit certes être agréable, si possible, mais la sophrologie enseigne surtout à pratiquer avec les conditions qui nous entourent au moment de la pratique.